Théâtre contemporain

Grammaire des mammifères

| William Pellier |

ISBN : 2-84705-013-2, 13x21 cm, 128 p., 12,50 €
Ouvrage publié avec le soutien de l’Association Beaumarchais et avec le concours du Centre national du livre

2005

La Grammaire des mammifères se présente comme un ensemble de phrases, sans personnages, qui travaillent la question de la représentation (de soi, d’un spectacle, des rapports humains et sociaux, de la vie psychique, pulsionnelle...). D’innombrables fragments d’histoires, parfois à compléter, s’enchevêtrent, partant du corps humain pour aller vers le corps social.

Pour le comédien, ce sont autant d’invitations à jouer mais surtout à questionner son effort. Le public, quant à lui, est ouvertement sollicité dans sa présence et son statut. Qui est regardé, que vient-on voir, ou montrer, qui participe ?

Au fil du texte, un homme apparaît, qui n’appartient à aucune fiction, mais se trouve pris dans un dispositif qui l’oblige à toujours plus d’initiative personnelle, à la démonstration sans fin de ses compétences, à la libre circulation de ses pulsions. Se dessine alors, peut-être, la figure de l’homme de notre temps.


Extrait de presse

« Ce texte, objet unique, ne renvoie à aucun schéma théâtral connu, sinon qu’il trouve des résonances dans l’œuvre de quelques singuliers de l’art tels Marcel Duchamp ou Valère Novarina, mais aussi dans les écrits de Handke dont il peut intellectuellement se réclamer [...] Objet sérieux et bouffon, irritant autant que passionnant, ce texte doit être appréhendé tel qu’il nous est livré : une boîte de Pandore dont on ne voit ni le fond ni les côtés, et dont on peut tirer à l’envie le pire et le meilleur. Une démarche qui se fait trop rare pour que l’on passe à côté en baissant la tête. »
[Association Beaumarchais (SACD), janvier 2006]

« William Pellier écrit aujourd’hui, c’est un auteur contemporain, de la veine colérique. Dans Grammaire des mammifères, il propose ni plus ni moins d’observer les humains à la manière qu’ont les entomologistes d’étudier les insectes. Rituel social, comportements alimentaires, sexualité, quête spirituelle et engagement politique : tout y passe, de l’exploration du corps humain à l’exploration du corps social. »
[Thierry Bordereau, compagnie Locus solus, octobre 2008]


Grammaire des mammifères a bénéficié d’une aide à l’écriture de l’Association Beaumarchais (SACD) en 2003. Il a reçu l’Aide à la création d’œuvres dramatiques de la DMDTS (Ministère de la culture) en 2004.

La pièce a fait l’objet d’une Encre fraîche (travail d’exploration sur un texte en cours d’écriture) par les comédiens d’À Mots découverts, dirigés par Brice Beaugier, Théâtre de Paris-Villette, en 2004.

Lecture par À Mots découverts lors des Mardi midis des textes libres, Théâtre du Rond-Point, en 2004.

Lecture à La Chartreuse par l’auteur lors des XXXIe Rencontres d’été, le 15 juillet 2004.

Lecture lors de la fête du livre de Cuers, organisée par la Bibliothèque Armand Gatti, le 16 octobre 2004.

La pièce a reçu une mention du jury au Grand prix de littérature dramatique 2006.

Pièce sélectionnée dans le Carnet de lecture d’Aneth, n°10.

Spectacle d’extraits de Grammaire des mammifères et Outrage au public de Peter Handke par la compagnie Public chéri, mise en scène Olivier Coulon-Jablonka et Régis Hébette, Théâtre L’échangeur de Bagnolet (93), 7 juin 2008.

Spectacle (extraits) par la compagnie Locus solus, mise en scène de Thierry Bordereau, Théâtre de Givors (69), 24 octobre 2008.